Chaleur et ensoleillement maximals, indispensables à votre installation photovoltaïque ?

Ces journées parfaites où il ne fait ni trop chaud, ni trop froid, où nous avons l’impression que les rayons du soleil pénètrent jusqu’à la moelle de nos os, nous réchauffent sans pour autant nous faire suer des litres et des litres. Un vrai coup de boost pour le moral, on a le sentiment de faire le plein d’énergie. Par contre, au moindre nuage, brrr… cette sensation agréable disparait instantanément !

Photo by Erik-Jan Leusink on Unsplash

Les panneaux photovoltaïques (PV) préfèrent eux aussi ces journées fraîches et ensoleillées aux journées caniculaires, sous un soleil de plomb.

Pourquoi ?

Rappelez-vous le cours de Jamie : les électrons s’agitent avec les rayons du soleil – même si température et rayonnement sont souvent liés, c’est bien ce dernier et non la chaleur qui libère les électrons. Plus la radiation est forte, plus l’intensité du courant généré est important.

S’il fait froid, les atomes qui composent le câble où passent les électrons bougeront peu ; les électrons avanceront facilement. S’il fait chaud, les atomes bougeront plus, la progression des électrons est alors plus difficile, comme si vous vouliez courir à contre sens dans une rue piétonne noire de monde.

Avec des températures élevées, les cellules peuvent atteindre 70 degrés et perdre, selon les panneaux, 17 % de leur rendement. Placer les panneaux à un endroit suffisamment aéré est, par conséquent, important. Raison, entre autre, pour laquelle GRAMME ne pose pas de panneaux intégrés à la toiture.

Et ce frisson au moindre nuage ?

Les panneaux ressentent cette diminution du rayonnement dû à cette couche nuageuse ; cette perception est, tout comme pour nous, instantanée.

Vous en doutez ? Connectez-vous au portail en ligne de votre onduleur (Sunny Portal pour SMA, Solar.web pour Fronius,…) et comparez les puissances journalières.

monitoring-puissance-journaliere

   

Attention : Des nuage(s) ne signifie(nt) pas une production à 0 ! Même lors de journées grises votre installation génère de l’électricité ; vos panneaux seront toutefois moins performants.

Votre puissance installée de panneaux photovoltaïques ne détermine pas à elle seule votre production d’électricité. Vont avoir leur mot à dire, d’autres paramètres comme :

ainsi que le contexte d’installation :

Comment estimons-nous votre productivité annuelle ?

En tant qu’installateur certifié, nous travaillons avec les chiffres de la Région wallonne, résultant d’observations statistiques de panneaux PV en situation réelle.

Sous nos latitudes, 1kWc (1000Wc) de puissance PV installée, orientée plein sud à 35° d’inclinaison fournira au moins 930kWh/an. Ces valeurs de calculs sont en réalité conservatives. L’ensoleillement moyen en Belgique oscille plutôt entre 950 et 1000kWh/an et par kWc installé.

Les ombrages aléatoires tels que ceux des nuages, et les pics exceptionnels de chaleur ne sont donc pas problématiques pour la rentabilité de votre installation. Ces derniers sont en quelque sorte compris dans la statistique du gisement solaire belge.

Pour rappel, 2018 a battu des records de la productivité : 1.062 kWh/kWc.

Ces articles pourraient également vous intéresser

kW vs kWh

Comprendre le Photovoltaïque

"Cette année, j'ai consommé 3 500 kW". Pourquoi cette phrase est incorrecte ?

Lire l'article

Coup de foudre

Comprendre le Photovoltaïque

L'orage arrive... Mon installation photovoltaïque est-elle en danger ?

Lire l'article

Autoconsommation

Comprendre le Photovoltaïque

Comme son nom l’indique, l’autoconsommation énergétique désigne le fait de consommer de l’énergie que l’on produit soi-même. Elle n'implique toutefois pas nécessairement la recherche d’une autosuffisance.

Lire l'article
Retour a la base de connaissance